L’aéroport de Paris-Vatry (Marne) a vu «exploser» son activité fret en avril en raison du transport de masques et de matériel sanitaire.

Situé au cœur du Grand Est, il a été choisi en mars pour réceptionner une grande partie du matériel sanitaire commandé notamment par l’État dans le cadre d’un «pont aérien» mis en place avec la Chine.

Plus d’activité que sur toute l’année 2019 :

«Cette crise touche l’aéroport de manière paradoxale, avec d’un côté un arrêt complet des vols passagers, et de l’autre une explosion des vols charter de fret», explique lundi à l’AFP Christian Bruyen, président LR du conseil départemental, propriétaire de l’infrastructure. «En avril, nous avons traité 1.760 tonnes de fret, soit un total cumulé depuis le début de l’année de 4.250 tonnes. Nous avons déjà dépassé le volume annuel 2019 (soit 2.869 tonnes)», précise-t-il. Depuis le 30 mars, Paris-Vatry «accueille et traite en moyenne chaque jour deux vols de fret gros porteur, [assurés par] Antonov AN124 et B747 cargo, contenant masques et matériel sanitaire pour l’État français, les collectivités territoriales ou des entreprises privées», détaille-t-il encore.

Source : Le Figaro avec AFP – mai 2020

Le groupe logistique Deutsche Post DHL estime avoir maintenu une trajectoire de croissance positive au premier trimestre 2020 et avoir résisté à la pandémie.

Au cours des trois premiers mois de l’année, le groupe Deutsche Post DHL a vu son chiffre d’affaires progresser de 0,9 % pour atteindre 15,5 milliards d’euros. Son résultat d’exploitation (Ebitda) s’est élevé à 592 millions d’euros grâce aux résultats positifs de ses cinq divisions. Quant à son flux de trésorerie, il a presque triplé pour s’établir à 50 millions d’euros.
Avec la diversité d’activités qui composent son portefeuille de solutions logistiques (des services express internationaux au fret aérien et maritime, en passant par l’entreposage et la remise du courrier), le groupe estime être « mieux positionné que d’autres entreprises et bien équipé pour faire face aux situations de crise ».
Selon lui, depuis le début de la propagation mondiale du coronavirus, les diverses activités menées dans les différentes régions ont donné de meilleurs résultats. Mais il reconnaît toutefois, dans quelques cas, de moins bons résultats que ceux initialement prévus.

Source : L’Antenne 20 mai 2020