À l’opposé du trafic passagers, le transport de marchandises de la plateforme franco-suisse de Bâle-Mulhouse maintient ses performances. Certains facteurs déclenchés par le Covid-19 sont favorables.

Alors que son trafic de passagers s’est écroulé avec la crise sanitaire, l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse a préservé son activité de fret. Celle-ci a même augmenté, de 3,8 % de janvier à juin par rapport à la même période en 2019, pour atteindre 55.546 tonnes. « Comme la plupart du fret avionné est réalisé par des avions dédiés, nous avons été moins impactés que d’autres plateformes par l’arrêt des vols passagers qui embarquent de la marchandise dans leurs soutes », explique Gian Carlo Alessi, responsable fret de l’EuroAirport. La performance est d’autant plus notable que l’aéroport franco-suisse n’avait pas accumulé de « réserves » de croissance avant le confinement : janvier et février étaient stables par rapport à 2019.
Certains phénomènes induits par le coronavirus ont été favorables, du point de vue statistique. « L’importation de masques a été conséquente, bien qu’elle soit difficile à quantifier avec précision. Quant au secteur pharmaceutique, un de nos points forts, il résiste bien aux crises, de manière générale », ajoute Gian Carlo Alessi.  L’e-commerce a enregistré également une légère progression.

La croissance du premier semestre résulte du transport camionné (+ 5,5 %, à 23.807 tonnes) mais surtout du fret traditionnel avionné (total de 9.382 tonnes, soit + 34,5 %). Pour celui-ci la seconde rotation hebdomadaire de Turkish Airlines, depuis août dernier, a compensé le départ dans le même temps de Korean Air vers Zurich. Seul l’express affiche une baisse, de 7 % (total de 22.357 tonnes) mais l’EuroAirport invite à la relativiser : « Certes, la demande de biens de consommation et d’équipements a diminué, mais on observe surtout une évolution du portefeuille des clients vers des colis plus légers. Dès lors, il y a un recul au niveau des tonnages, mais pas au niveau des volumes transportés », estime Gian Carlo Alessi.

(source : l’Antenne – août 2020)