Les taux de fret devraient augmenter de 30 %, compte tenu de la limitation de l’accès aux soutes des avions passagers. Et l’activité devrait générer 110 md DOL de revenus en 2020, contre 102 en 2019, ce qui représentera 26 % des revenus du secteur contre 12 % en 2019. L’activité continuera à se développer en 2021 où l’IATA prévoit des revenus de 138 md DOL, en hausse de 25 % par rapport à 2020. La demande en fret aérien devrait être importante pour accompagner le réapprovisionnement des stocks au redémarrage de l’économie, alors que dans le même temps, l’accès aux soutes passagers demeurera limité.

AFP – 10 juin 2020

L’aéroport de Paris-Vatry (Marne) a vu «exploser» son activité fret en avril en raison du transport de masques et de matériel sanitaire.

Situé au cœur du Grand Est, il a été choisi en mars pour réceptionner une grande partie du matériel sanitaire commandé notamment par l’État dans le cadre d’un «pont aérien» mis en place avec la Chine.

Plus d’activité que sur toute l’année 2019 :

«Cette crise touche l’aéroport de manière paradoxale, avec d’un côté un arrêt complet des vols passagers, et de l’autre une explosion des vols charter de fret», explique lundi à l’AFP Christian Bruyen, président LR du conseil départemental, propriétaire de l’infrastructure. «En avril, nous avons traité 1.760 tonnes de fret, soit un total cumulé depuis le début de l’année de 4.250 tonnes. Nous avons déjà dépassé le volume annuel 2019 (soit 2.869 tonnes)», précise-t-il. Depuis le 30 mars, Paris-Vatry «accueille et traite en moyenne chaque jour deux vols de fret gros porteur, [assurés par] Antonov AN124 et B747 cargo, contenant masques et matériel sanitaire pour l’État français, les collectivités territoriales ou des entreprises privées», détaille-t-il encore.

Source : Le Figaro avec AFP – mai 2020

Le groupe logistique Deutsche Post DHL estime avoir maintenu une trajectoire de croissance positive au premier trimestre 2020 et avoir résisté à la pandémie.

Au cours des trois premiers mois de l’année, le groupe Deutsche Post DHL a vu son chiffre d’affaires progresser de 0,9 % pour atteindre 15,5 milliards d’euros. Son résultat d’exploitation (Ebitda) s’est élevé à 592 millions d’euros grâce aux résultats positifs de ses cinq divisions. Quant à son flux de trésorerie, il a presque triplé pour s’établir à 50 millions d’euros.
Avec la diversité d’activités qui composent son portefeuille de solutions logistiques (des services express internationaux au fret aérien et maritime, en passant par l’entreposage et la remise du courrier), le groupe estime être « mieux positionné que d’autres entreprises et bien équipé pour faire face aux situations de crise ».
Selon lui, depuis le début de la propagation mondiale du coronavirus, les diverses activités menées dans les différentes régions ont donné de meilleurs résultats. Mais il reconnaît toutefois, dans quelques cas, de moins bons résultats que ceux initialement prévus.

Source : L’Antenne 20 mai 2020

D’ici 2038, la flotte mondiale d’avions cargo passera de 1.870 à 3.260 appareils, selon Boeing. Cette croissance devrait profiter au constructeur américain, leader sur le segment du fret aérien, et sera portée par les flux e-commerce.

Avec une part de marché de 90 % dans le secteur des avions cargo, Boeing a acquis une légitimité dans le domaine du fret aérien. Aussi ces prévisions révisées régulièrement font-elles référence à travers le monde. Le 16 octobre, le constructeur aéronautique américain a ainsi actualisé ses projections d’ici 2038 marquées par une croissance mondiale de 4,2 % par an. En nombre d’avions, cette augmentation de la demande se traduirait par la mise en service de 2.650 avions freighters supplémentaires : 30 % dans le cadre de renouvellement et 70 % en nouveaux appareils dédiés au cargo. À l’intérieur, 980 avions cargo neufs seraient construits et 1.670 appareils passagers seraient convertis ; un marché évalué à 280 milliards de dollars ! Si ces prévisions croisent les tendances observées ces dernières années en Europe, Amérique du Nord et en Asie, les principaux moteurs de la croissance du fret aérien seront le développement des services postaux, en Asie et en Chine en particulier, et l’essor du commerce électronique mondial. Selon les projections faites par Boeing, le e-commerce enregistrera une progression de 20 % par an pour atteindre dès 2021 un chiffre d’affaires mondial de 5.000 milliards de dollars.

Source : L’Antenne – 9 novembre 2018

ROISSY/ORLY : Avec ses plateformes de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, Aéroports de Paris est leader en Europe et au 7ème rang mondial pour le fret aérien.

Avec 600 000 m² de bâtiments et 80 postes avions spécialement dédiés au fret, l’aéroport Paris-Charles de Gaulle est une plate-forme incontournable qui accueille tous les principaux acteurs internationaux et abrite le hub européen de FedEx et de la Poste. Le cargo (fret) à Paris-Charles de Gaulle génère plus de 15 000 emplois directs et plus de 40 000 emplois indirects.

Les lancements successifs en fin d’année de deux fréquences hebdomadaires tout cargo vers Alger ont donné de nouvelles perspectives de développement pour la plateforme. La première est opérée depuis début octobre par Icar Aviation en partenariat avec Air Algérie, premier opérateur de fret traditionnel à Marseille (1.905 t, – 8,5 %). La seconde, lancée en propre par la compagnie nationale algérienne mi-décembre avec le même avion, a du mal à observer une régularité des escales. Les deux services ont cumulé quelque 200 tonnes depuis l’automne.

Sur l’ensemble de l’année, la progression est de 0,9 % (50.443 t) pour l’express et de 1,4 % (6.252 t) pour le fret traditionnel. DHL, le premier opérateur express de la plateforme, a progressé de 2 % (15.130 t), FedEx et TNT de 1,3 % (10.861 t) et UPS de 8,1 % (10.644 t).

Jean-Marc Boutigny, responsable fret de l’aéroport Marseille-Provence, rappelle qu’au cours de l’année, « les blocs 50 & 60 ont été refaits, agrandis et modernisés pour 10 millions d’euros, permettant une meilleure ergonomie dans le traitement des avions cargo gros porteurs ». Il évoque aussi la sécurisation de la zone de fret traditionnel pour 200.000 euros et l’agrandissement du parvis de DHL « afin d’optimiser ses opérations routières ». Il se félicite d’avoir vu trois transitaires s’implanter en zone de fret ou à proximité (TASS, SBO Négoce et Maurice Ward), ainsi qu’un assistant piste (Marignane Assistance).

Source : L’antenne 18 janvier 2019

FedEx, avec une flotte mondiale de 660 avions, ses 300.000 salariés, sans compter les camions, son hub européen à Roissy, FedEx possède le deuxième plus grand parc d’avions de la planète après celui de Delta Airlines. Son chiffre d’affaires dépasse les 40 milliards de dollars.

Le 18 octobre 2016, FedEx a annoncé un investissement de 200 millions d’euros afin d’agrandir son hub de Roissy Charles de Gaulle. Ce nouveau bâtiment, qui devrait être opérationnel en 2019, vise à augmenter la capacité de tri de 40 %. L’extension, de plus de 25 000 m2, doit faire du centre FedEx de Roissy le deuxième plus grand de l’entreprise dans le monde, après celui de Memphis, aux États-Unis, et permettra la création de 200 à 400 postes.

UPS Airlines, est également un acteur important du fret aérien, avec une flotte de plus de 244 appareils tout cargo en service, et 23 en commande (décembre 2017). C’est le deuxième opérateur américain derrière Fedex.

DHL 22/01/2019 : John Pearson a été nommé président-directeur général de DHL Express Monde. Au sein de l’expressiste depuis une dizaine d’années, John Pearson aura notamment pour missions de consolider le développement de la branche Express du groupe DHL, filiale de Deutsche Post, à l’international portée par l’essor du e-commerce transfrontalier. À travers le monde, DHL Express emploie 100.000 salariés.

À l’heure actuelle, DHL Express exploite 260 avions dédiés à travers des partenariats auprès de 17 compagnies aériennes, sur 600 vols quotidiens, dans 220 pays. DHL Express vient d’annoncer une commande de 14 nouveaux Boeing 777 Freighters assortie d’options et de droits d’achat pour 7 avions supplémentaires. Avec quatre premiers modèles livrés en 2019, le transporteur poursuit ainsi le renouvellement de sa flotte aérienne avec des unités affichant une capacité de parcours de 4 900 miles (9 070 km) et un chargement de 102 tonnes. (source Actu Transport Logistique 26/07/2018)

En France, c’est environ 12 700 collaborateurs, près d’un million de m² d’entreposage.

L’aéroport « EuroAirport » franco-suisse de Bâle-Mulhouse a bénéficié en 2018 de l’ouverture de 11 nouvelles destinations régulières.

L’express aérien a progressé de 0,5 % (47.100 tonnes), bénéficiant d’une offre supplémentaire, à savoir le nouveau centre de tri de DHL. Inauguré en juillet 2018, il a représenté un investissement de 20 millions d’euros et constitue un « équipement très moderne », relève le directeur de l’EuroAirport.

Ses deux principaux projets d’infrastructure devraient avancer cette année. D’une part, pour son raccordement ferroviaire chiffré à 250 millions d’euros, il espère un accord en 2019 sur le financement entre partenaires français, suisses et allemands. D’autre part, l’extension du terminal, qu’il pilote (250 millions d’euros également), devrait connaître en fin d’année l’identité de son architecte. Les 30.000 m2 programmés, soit un agrandissement de 30 %, doivent dimensionner l’aéroport pour accueillir entre 12 et 15 millions de passagers au milieu des années 2020.

Source L’Antenne – 21 janvier 2019

Le transport de fret par voie aérienne est incontournable, et répond aux exigences actuelles des marchés mondiaux.